Comment expliquer un fort taux d’inflation qui a dépassé les 3% en France au début de l’année 2022 ? Les causes sont multiples et les conséquences impactent durement les professionnels, notamment sur le prix du gaz et de l’électricité.

Dans la mesure où l'explosion des tarifs de l'énergie et des matières premières aggrave une situation déjà délicate, il est important de connaître les causes et les conséquences d'une inflation qui accélère. En effet, les prix des produits manufacturés, des transports, de l'électricité et gaz naturel connaissent de fortes augmentations et alimentent directement la hausse du coût de la vie.

Un marché des matières premières en pleine effervescence

La récente (mais fragile) accalmie de la pandémie de Covid-19 a tout d'abord saturé la demande. La reprise économique simultanée et mondiale a augmenté la volatilité des marchés de l'énergie. Lorsque l'équilibre entre l'offre et la demande est incertain, cela entraine une instabilité des prix. Dans la situation "post Covid", la demande a largement dépassé l'offre.

En ce qui concerne l'électricité, le prix de l'électron est totalement dépendant d'autres ressources, fossiles en l'occurrence. À l'exception de la production nucléaire, les centrales électriques fonctionnent majoritairement au gaz, au pétrole et au charbon. Donc, par effet domino, si le prix du gaz grimpe, le prix de l'électricité suit.

L'effet domino symbolise bien les phénomènes qui agitent les marchés. Si on prend l'exemple de l'augmentation des prix du charbon, il faut prendre en considération une forte demande synchrone sur plusieurs continents. Les centrales à charbon ont tourné à plein régime pour fournir en électricité les professionnels et leurs carnets de commande de nouveaux remplis.

De plus, le conflit fratricide entre Russie et Ukraine et la non mise en service du gazoduc Nord Stream 2 ont ajouté beaucoup de pression sur l'approvisionnement en gaz de l'Europe, affolant les bourses européennes et mondiales.

Après la pandémie, place au conflit…

L'actualité dramatique au cœur de l'Europe a appuyé l'augmentation des prix à la consommation. Les différentes répercussions sur les places boursières se ressentent en effet directement sur le pouvoir d'achat et donc sur le taux d'inflation.

Le prix des matières premières, comme le blé, grimpe. Le baril de Brent en fait de même, le coût du carburant flirte avec des records et les cours du gaz et de l'électricité poursuivent leur ascension. Tout cela fait augmenter les frais de fabrication des produits alimentaires ou non alimentaires. Et, au final, la hausse est reportée sur le prix de vente du produit. La guerre entre l'Ukraine et la Russie est ainsi le coup de grâce dans une longue période de tension et d'incertitude.

Faire face à l'inflation des prix de l'énergie

Les événements géopolitiques risquent de rebattre les cartes des importations avec de probables déséquilibres durables des approvisionnements. Une des solutions avancées pour contrer la pénurie de gaz naturel russe est celle du GNL. Cependant, le manque d'infrastructures au niveau européen et la disponibilité limitée des offres limitent ce recours. La France et d'autres pays européens pourraient alors se tourner vers l'Algérie et d'autres pays exportateurs de gaz naturel pour combler en partie leurs stocks. De son côté, la Norvège ne peut pas augmenter son flux gazier tandis que la Russie est pour l'instant hors-jeu.

Les pouvoirs publics cherchent également des solutions pour diminuer les effets directs sur le portefeuille des Français. Particuliers comme professionnels. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie a annoncé des dépenses de l'ordre de 22 milliards €. Environ 10 milliards pour le gel du prix du gaz, 8 milliards pour le plafonnement des tarifs de l'électricité et 4 milliards pour compenser l'inflation auprès des particuliers et consommateurs.

Cette inflation provoquée principalement par les prix du gaz et de l'électricité sur tous les biens de consommation devrait diminuer et se stabiliser en 2023 selon l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique). Cependant, la Banque de France prévoit une hausse durant toute l'année 2022 qui devrait varier entre 3,7 et 4,4%. Les professionnels doivent alors trouver des solutions rapides pour surmonter les hausses des coûts de l'énergie.

Travailler avec un expert de l'énergie

Alliance des Énergies aide les entreprises à réduire leurs charges en optimisant leur stratégie de gestion de l'énergie. Nos équipes sont en alerte pour trouver des solutions qui amortissent les conséquences de l'inflation des prix du gaz et de l'électricité.