À quoi ressemble le marché de l’électricité en France ?

Durant plus d’un demi-siècle, le marché de l’électricité en France était régi de A à Z par un seul acteur : EDF. Créé par la loi du 8 avril 1946, l’établissement public à caractère industriel et commercial remplaçait alors les 1500 entreprises qui s’occupaient respectivement de la production, du transport et de la distribution d’électricité sur l’ensemble du territoire. La création d’Électricité de France concrétisait en fait la nationalisation de ce marché de l’énergie. Son monopole allait durer plus de 50 ans même si des exceptions ont dès le début existé.

Cette situation a pris fin avec l’ouverture du marché aux fournisseurs alternatifs entre 2000 et 2010. Les différentes activités d’EDF ont été alors juridiquement séparées.

  • EDF producteur qui produit une majorité de l’électricité en France par le biais du nucléaire
  • EDF fournisseur d’électricité (ainsi que de gaz)
  • RTE : gestionnaire du réseau de transport d’électricité
  • ENEDIS (anciennement ERDF) : gestionnaire du réseau de distribution. Des Entreprises Locales de Distribution (ELD) gèrent cependant cette activité dans certaines régions en France.

L’organisme chargé par les pouvoirs publics de “surveiller” le marché de l’électricité est la CRE (Commission de régulation de l’énergie). Ses missions concernent à la fois le contrôle d’une concurrence loyale entre les fournisseurs, le montant des taxes, la construction d’un marché européen de l’énergie ou la transition écologique.

Est-ce que la France produit l’électricité qu’elle consomme ?

La France produit environ 550 TWh d’électricité par an. Un chiffre désormais stable mais qui a été multiplié par 4 en 50 ans. La production française suffit aux besoins du territoire. Dans certains cas, notre pays importe pourtant de l’électricité depuis l’Allemagne, l’Espagne ou la Belgique.

  • En période de forte demande
  • Si le coût de l’électricité est ponctuellement moins cher ou plus rentable à acheminer depuis un pays voisin

Plusieurs sources produisent de l’électricité à des niveaux divers. L’ensemble compose ce que l’on appelle le mix énergétique. En 2018, la répartition était la suivante pour une production totale de 548,6 TWh :

  • Nucléaire : 71,7 % de la production nationale d’électricité
  • Fossile (7,2%) : charbon, fioul, gaz
  • Hydraulique (12,5%)
  • Éolien (5,1%)
  • Solaire (1,9%)
  • Bioénergies (1,8%) : biogaz, biomasse, déchets ménagers…

La production totale des énergies renouvelables représente environ 20% du marché de l’électricité en France. Une tendance à la hausse depuis plusieurs années au détriment de la production d’origine thermique fossile principalement.

Existe-t-il un seul réseau de distribution ?

Jusqu’au début du 21e siècle, EDF avait la gestion totale de l’électricité en France, à l’exception de quelques Entreprises Locales de Distribution (ELD). L’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence a tout changé. Deux structures ont alors été créées pour prendre en charge les activités de transport et de distribution.

  • En 2000, création de Réseau de transport d’électricité – RTE : réseau à haute et très haute tension
  • En 2008, création d’Électricité Réseau Distribution France – ERDF : réseau à moyenne et basse tension. ERDF est devenu Enedis en 2016.

5% du réseau de distribution est actuellement géré par un peu plus de 150 Entreprises Locales de Distribution. Ces ELD acheminent ainsi l’électricité vers 2500 communes françaises en Alsace-Moselle, Hautes-Alpes, Gironde…

Qui sont les fournisseurs présents sur le marché de l’électricité en France ?

Actuellement, le territoire français compte une centaine de fournisseurs d’électricité. Il faut également prendre en compte les ELD qui proposent également des offres aux consommateurs de leur zone de distribution. En plus du fournisseur historique EDF, les entreprises peuvent donc souscrire un contrat auprès des fournisseurs alternatifs.

  • ENGIE
  • Enovos
  • Primeo Energie France
  • Total Direct Energie
  • Vattenfall

Quelles sont les offres d’électricité disponibles pour les professionnels ?

Les professionnels ont accès à une grande variété d’offres pour répondre à leurs besoins. Les fournisseurs présents sur le marché de l’électricité en France proposent en effet plusieurs types de contrats.

TRV – Tarif Réglementé de Vente

Les pouvoirs publics fixent le prix du Tarif Réglementé de Vente. Ils peuvent aussi le faire évoluer sur recommandation de la Commission de régulation de l’énergie – CRE. En dehors des Entreprises Locales de Distribution, EDF est le seul fournisseur à pouvoir proposer des TRV. Car il existe plusieurs tarifs réglementés de vente en fonction de la puissance souscrite du compteur.

Le plafond pour qu’une entreprise contracte une offre en TRV d’électricité est de 36 kVA. Ce type d’offre répond par exemple aux besoins d’une boulangerie-pâtisserie, des grands locaux professionnels, d’une petite exploitation agricole, etc.

Offres indexées sur les TRV

Les fournisseurs alternatifs ne peuvent pas proposer de TRV mais des offres indexées sur les TRV. C’est-à-dire que le prix du kWh (fixé à la signature du contrat par le fournisseur) suit les évolutions que subit le prix de kWh des TRV. Concrètement, un prix du kWh inférieur de 5% à celui d’une offre TRV augmente ou baisse au même rythme que le prix du kWh d’une offre en TRV. Il est simplement toujours inférieur de 5%.

Offres à prix fixe

Comme son nom l’indique, une offre d’électricité à prix fixe reste stable durant toute la période d’exécution du contrat. En fait, cela ne concerne que le prix du kWh. Le montant des taxes peut par contre évoluer. Le fournisseur répercute alors les hausses sur les factures des consommateurs. Idem pour le coût de l’abonnement par exemple. Les tarifs fixes sont cependant intéressants pour les entreprises qui souhaitent sécuriser leur budget énergie.

Offres indexées à l’ARENH

L’ARENH est l’Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique. C’est un dispositif mis en place par la loi NOME permettant aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’énergie nucléaire à EDF (dans son rôle de producteur) à un prix reflétant le coût de production. Le volume d’électricité fourni par EDF est toutefois limité actuellement à 100 TWh/an. Le prix de l’ARENH est fixé par la CRE selon les coûts de production de l’électricité par l’appareil nucléaire français.

Offres “vertes”

Plus qu’un type de contrat, une offre dite verte est une option proposée par les fournisseurs pouvant fournir des certificats d’origine. Ce qui signifie qu’ils peuvent prouver avoir acheté ou produit autant d’énergie verte que le volume consommé par le client ayant souscrit le contrat. Une entreprise peut donc bénéficier d’un tarif “vert” avec une offre fixe ou variable. Le prix est un peu plus cher car les coûts de production sont plus élevés que pour les autres types d’électricité.

Comment choisir le contrat d’électricité le mieux adapté à votre entreprise ?

Plutôt que de vous débrouiller tout seul, Alliance des Énergies vous propose d’être bien accompagné. Indépendants des fournisseurs d’électricité, notre cabinet de courtage sélectionne un panel d’offres qui répondent aux besoins de votre entreprise. Selon votre profil de consommation et votre activité, chaque type de contrat n’est pas forcément adapté.

D’où l’importance de bien définir le cahier des charges en amont. Nos consultants vous présentent ensuite les propositions de fourniture afin d’identifier celle qui est le plus adaptée à votre situation. Libre à vous de choisir enfin l’offre d’électricité pour laquelle nous effectuons la majeure partie des démarches de souscription.