Les évolutions à la hausse s’expliquent par les augmentations dues aux ajustements réglementaires (taxes principalement), notamment l’acheminement. Comptez également les investissements nécessaires pour maintenir et renouveler l’appareil nucléaire qui génère plus de 70% de la production française. En ajoutant le poids financier des efforts mis en place pour la transition énergétique, vous avez la réponse à cette question légitime : pourquoi le prix de l’électricité augmente ?

Quelles sont les causes de la hausse constante du coût de l'électricité ?

Selon la Commission d’Enquête du Sénat sur le coût réel de l’électricité, la facture du consommateur final aura augmenté de 100% d’ici 2023. En effet, le prix de l’électricité est en constante augmentation depuis 10 ans et cela ne s’arrêtera pas. Rappelons toutefois que l’électricité française est l’une des moins chères d’Europe.

L’entretien de l’appareil nucléaire français

La France a investi dans la production électrique d’origine nucléaire. C’est d’ailleurs l’une des énergies les plus rentables. Elle représente actuellement un peu plus de 70% du mix électrique français. Pour autant, les centrales arrivent toutes en fin de vie. Le plan de Grand Carénage, visant à les entretenir ou à les remettre aux normes, coûtera plus de 100 milliards d’euros selon la Cour des comptes. Ces investissements seront directement répercutés sur les factures des consommateurs, particuliers comme professionnels. Il en est de même pour la construction actuelle ou future de centrales nucléaires.

Pourquoi le prix de l’électricité augmente ? Le poids des taxes

Le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité (TURPE) est la principale taxe sur l’électricité. Elle représente 20% à 40% de la facture finale du consommateur. Le taux du TURPE est déterminé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Il est révisé chaque année, généralement en août. La composition du TURPE est double.

  • Part fixe liée à la gestion et au comptage
  • Part variable dépendant du dimensionnement des installations et de l’acheminement de l’électricité jusqu’au compteur du client

La taxe TURPE dépend en effet de la zone géographique et du profil de compteur. Cette ressource est collectée par le fournisseur qui la reverse intégralement aux gestionnaires de réseau (Enedis principalement) pour couvrir les coûts d’acheminement de l’électricité vers les utilisateurs finaux.

Autre taxe expliquant l’augmentation du prix de l’électricité : la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE). Intégrée depuis 2016 dans la TICFE (celle-ci ayant toutefois pris à cette occasion le nom de CSPE), elle sert à financer notamment les mesures de la transition écologique. Son évolution ces dernières années donne une idée de son impact sur les factures d’électricité.

  • En 2004, la taxe CSPE était de 4,5€/MWh
  • 2011 : 9€/MWh
  • 2014 : 16,5€/MWh
  • Depuis 2016, la CSPE s’élève à 22,5€/MWh

Il faut également citer la contribution payée au titre des C2E par les consommateurs. Les fournisseurs d’électricité (et de gaz) ont la charge de financer le dispositif des Certificats d’Économie d’Énergie. Ils en répercutent le coût sur les factures d’énergie de leurs clients professionnels et particuliers.

Les tarifs réglementés de vente d’électricité sont à part. Ces offres sont commercialisées par EDF, opérateur historique du marché, et les Entreprises Locales de Distribution. Sur recommandation de la Commission de régulation de l’énergie, le coût des TRV est réévalué 1 à 2 fois par an. Et souvent à la hausse.